Accueil   |   Sogea met un couvent en lévitation pour réaliser le Centre des congrès de Rennes
09 janvier
2015

Sogea met un couvent en lévitation pour réaliser le Centre des congrès de Rennes

Cette reprise en sous-œuvre d’un monument historique est l’une des phases les plus spectaculaires d’un chantier qui devrait durer 32 mois. Pour les hommes de l’art, le principe est simple : «on met des tiges pour tenir le couvent, on creuse, on rebâtit puis on enlève les pieux». Mais pour Sylvain Bonaldi, directeur du projet chez Sogea Bretagne (groupe Vinci), la particularité de ce chantier de 74,9 millions d’euros HT est aussi dans le fait qu’il «conjugue des techniques de construction complexes habituellement mises en œuvre séparément». Les amateurs de technique de génie civil et de construction apprécieront : parois moulées, parois berlinoises, parois clouées, reprises en sous-œuvre sous tabouret, suspensions de voûtes par carcan et lanterne, terrassement en taupe… Ce chantier démarré en avril 2014, après trois mois de préparation, est un cas d’école pour les élèves ingénieurs.
Difficulté supplémentaire, le projet est situé en plein cœur du centre-ville, place Sainte-Anne où se tient également un autre chantier structurant avec la construction d’une des 15 stations de la deuxième ligne de métro. «Nous avons environ 80 camions par jour qui viennent sur le chantier et nos voisins du métro quasiment autant et nous avons mis en place une organisation, avec un circuit de délestage, pour minimiser les nuisances» explique Sylvain Bonaldi.

18 mois de fouilles archéologiques

Le démarrage du chantier a été précédé par un vaste chantier de fouilles (8000 m2) conduit par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Rennes Métropole a consacré 3,6 millions d’euros à ces recherches. Le chantier de fouilles, qui a mobilisé une trentaine d’archéologues, a notamment permis de mettre au jour les restes d’un temple gallo-romain datant du IIIe siècle. Plus de 7 800 objets, dont des sarcophages en plomb, ont été découverts.
2015 sera marquée par des travaux de structure, avec, en fin d’année, la construction d’une charpente métallique de grande portée. Courant 2016, le groupement conduit par Sogea Bretagne interviendra sur la restauration du couvent et les travaux intérieurs avant de réaliser l’enveloppe de verre et d’aluminium.

Un site patrimonial d’exception

L’objectif est de livrer un équipement à la hauteur des besoins de Rennes Métropole, qui accueille chaque année environ 400 manifestations professionnelles. La jauge du futur Centre des congrès a donc été calibrée en conséquence avec notamment un auditorium de 1000 places à vocation culturelle, qui servira également à l’orchestre symphonique de Bretagne.
Le projet de l’équipe de Jean Guervilly prévoit aussi un auditorium de 300 places, une salle de 500 places, une vingtaine de salles de réunion et des espaces d’exposition et de restauration. L’architecture à la fois élégante et moderne du projet met en valeur le couvent, désaffecté depuis plusieurs années, et le conforte dans son statut de monument historique. Avec son implantation en cœur de ville, ce futur Centre des congrès devrait faire la différence dans un marché où les territoires se livrent une concurrence féroce.

Article paru sur le site internet du moniteur : Jean-Phillipe Defawe (Bureau de Nantes du Moniteur) et Vincent Douet (pour la vidéo) – (http://www.lemoniteur.fr/181-chantiers/article/actualite/27069116-sogea-met-un-couvent-en-levitation-pour-realiser-le-centre-des-congres-de-rennes)